Catégorie : COLLECTIFS

Cinéma jeudi 20 avril 20h30

11111111Le Cinéma Le Régent et le Collectif des Résistances en Comminges vous proposent :

AUTOGESTION AU FÉMININ    VOS CÒMO TRABAJÀS ?

Un film de Lucile Nabonnand et Etienne Simon

Synopsis :  Lors de la crise économique et financière de 1999-2001, de nombreuses usines ont été récupérées à Buenos Aires par leurs ouvrier-e-s, tandis que les patron-ne-s les fermaient les unes après les autres. Ce mouvement est né d’une nécessité Continuer la lecture

RESF: Aux cotés des humains

RESFSans papiers mais pas sans ami; ce gouvernement toujours dans inhumanité la plus totale : voir ci joint extrait de la presse locale. écoute le billet de Nicole Ferroni ICI

Ils ne voient pas que si Jésus de Nazareth avait eu le malheur de naître 2008 ans après lui-même et avait eu l’occasion d’étudier dans une école commingeoise, à l’heure qu’il est, ils auraient renvoyé le bœuf au tribunal et l’âne en garde-à-vue, et les rois mages au poste pour avoir été complices de son accueil. L’amour du prochain n’a pas beaucoup de valeur tant que l’idée dans le vent n’est pas suivie d’une main à la pâte.

Le 05 Janvier RDV 16h école du Pilat

22Communiqué RESF

Le père d’un élève de l’école du Pilat à Saint-Gaudens (Monsieur B.) a été contrôlé. Sans-papiers, il a été interpellé, placé en garde à vue et transféré au centre de rétention à Cornebarrieu. Il a, depuis, reçu une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) et risque l’expulsion d’un moment à l’autre cette fin de semaine.

Le Réseau Education Sans Frontières, avec le soutien de nombreuses associations, dénonce cette action et demande l’annulation de l’expulsion du père pour que cet enfant puisse poursuivre sa scolarité sereinement Continuer la lecture

Attac aux cotés de « femmes de papier »

Présentation1 Jeudi 09 avril comme depuis quelques semaines Femmes de papier avec attac manifestent pour pérenniser leur association et surtout trouver les moyens pour un local ..

Depuis 2006, l’association Femmes de Papier accompagne les femmes victimes de violences conjugales. L’accueil de jour, au 7 rue de la République, constitue un point d’ancrage essentiel pour ces femmes en grande difficulté. Laetitia Mazoyer, chargée de développement, s’attache à pérenniser l’association. Mais.. Continuer la lecture